Association Régionale d'Éco-construction du Sud-Ouest

Prochains Rendez-Vous

08 juin à la MES

mesLa collégiale du Collectif La Maison, constitué des associations résidant ou dont le siège social est domicilié à la Maison de l'Économie Sociale et Solidaire (MES), se réunit tous les seconds mercredi du mois. Partage d'informations sur le devenir (politique) de la MES, les projets en cours, cette réunion se déroulera de 16h à 18h et sera précédée d'un repas et d'un temps d'actions collectives sur le lieu.

Voici le programme de l'après-midi :

Repas - (12h 14 h)
"Tout est bon à la maison"
Proposition de « RAFI cuisinier itinérant »
Entrée : Aubergine à la menthe.
Plat avec viande : Poulet pommes de terre olive citron confit
Plat végétarien : Fève pois cassés à la marocaine
Pain marocain
Thé à la menthe
Tarif formule complète avec viande : 12 euros
Tarif formule complète sans viande :  9 euros
Inscription obligatoire (avant le lundi 6 juin) voir lien framadate qui suit.

Action commune - (14 h 16 h)
*Tour d'horizon et organisation  de la venue des scouts et de l'association l’arrosoir.
* Petit tour à la déchèterie, je jette utile .

Réunion collectif la maison - (16 h 18 h)
L'ordre du jour, vous sera envoyé prochainement.

je clique et je remplis : https://framadate.org/T6DqFMO3HXO7DCvr


Les 17 vin du CeRCAD
Jeudi 30 juin 2016 de 17h à 20h
ARPE - Maison de l’Environnement, 14 rue de Tivoli à Toulouse
Confort thermique dans les bâtiments, un défi à relever hiver comme été !
17vinLa nouvelle réglementation thermique, attendue pour 2018, devrait généraliser les bâtiments à énergie positive, d’une part ; et, d’autre part, inclure de nouveaux critères permettant la construction de bâtiments désirables. De ce fait, les priorités ne seront plus seulement énergétiques, mais également environnementales (bâtiment bas carbone), de santé et de confort. Cette notion de confort étant entendue au sens large : thermique, mais également, visuel, acoustique, ...
Ce 17-vin, organisé en partenariat avec l’ARPE, vous propose d’ouvrir le débat autour de cette notion de confort : sa perception par les usagers, sa prise en compte dans la conception des bâtiments et des quartiers.

    Loi de transition énergétique pour la croissance verte, Bâtiment bas carbone, Bâtiment responsable... Vers quoi s’oriente la future réglementation bâtiment pour 2018 ou 2020 ? par Aurélie DEUDON, DREAL LRMP
    Petite histoire du confort dans les bâtiments et de sa perception par les usagers par Christophe BESLAY, Cabinet d’études sociologiques CB
    Modélisation des interactions entre l’homme et son environnement thermique par Françoise THELLIER, chercheur au laboratoire PHASE, Univ. Toulouse III
    L’évolution des missions du prescripteur pour la conception de bâtiments performants et confortables par Alain CASTELLS, bureau d’études ADDENDA
    Les interactions entre le bâti et l’environnement urbain et la question des îlots de chaleur dans les opérations d’aménagement par Anne PERE, architecte-urbaniste
    Exemple d’un outil d’accompagnement des maîtres d’ouvrages pour une optimisation du confort dans les bâtiments : la démarche Bâtiment Durable Méditerranéen par Dominique DE VALICOURT, accompagnateur BDM et secrétaire d’ECOBATP LR

Comme le veut la tradition des 17-Vin, nous conclurons nos échanges autour d’une dégustation de vins et produits régionaux

03 juillet à la MES

Restez attentif-ve : la journée d'animation grand public prévue le 17 avril ayant été annulée par dame nature et ses pleurs intempestifs, la réunion du collectif La Maison du 8 juin décidera si nous réitérons l'essai le 3 juillet...

Formations 2Bouts

2bouts« De la théorie à la pratique, de la sensibilisation à la formation, de l’initiation au perfectionnement, l’association 2bouts aborde et explore la construction écologique pour tous les publics. »
Plus d’informations : www.friture.net
Pour toute demande d’information : formastage@friture.net ou 09 54 62 04 01

Programme à venir
--- Enduits corps et finition, terre, chaux sur paille.
Du lundi 27 juin au vendredi 1er juillet 2016
Lieu : Verfeil sur Seye (82)
Intervenant : Bruno THOUVENIN, Stéphan GUTIERREZ
Objectif : Acquérir les techniques de base des enduits extérieurs, de corps et de finition en terre et chaux sur construction en bottes de paille. Programme (théorie et pratique) : Enduits de corps : Préparation et pose d’enduit de corps exté- rieurs sur un bâtiment construit en bottes de paille. Traitement des points particuliers.
Enduits de finition : Préparation et pose d’enduits de finition extérieurs sur enduit de corps. Dosage terre-chaux en fonction de l’exposition de la façade aux intempéries.

--- Construction de terrasse en pierre sèche
Du lundi 4 au vendredi 6 juillet 2016
Lieu : Verfeil sur Seye (82)
Intervenant : Pierre PINTARD
Apprendre les techniques nécessaires à la réalisation ou la restauration de terrasse ou murettes en pierres sèches sans maçonnerie. Cette formation qui fera alternance entre temps t h é o r i q u es étayés de vidéos et d’outils et dessins pédagogiques et visuels sera en majeure partie pratique pour débuter la création de terrasses à l’Eco hameau de Verfeil sur Seye.

Objectifs : • Choisir les pierres et organiser son chantier. • Préparer son talus pour du neuf ou démonter les parties nécessaires à restaurer (théorie). • Respecter certaines règles et éviter certains défauts. • Connaître les propriétés et caracté-ristiques des murs en pierre sèche. • Mettre en œuvre les pierres dans une organisation logique avec des outils simples et accessibles à tous.

SOIRÉES SENSIBILISATION
--- Habitat bioclimatique
Le jeudi 16 juin 2016
Horaire : 19 h 30 – 23 h 30
Lieu : Rendez vous 19 h métro Ramonville Saint Agne pour organisation co-voiturage pour se rendre chez l'intervenant.
Intervenant : Patrick CHARMEAU
Cette soirée est basée sur l’initiation théorique au bioclimatisme avec visite et observation pour illustrer les différentes techniques abordées. Elle se déroule chez Patrick Charmeau qui pourra commenter la théorie sur le bioclimatisme par des exemples concrets sur la maison qu’il a construite.
L’intégration au lieu - Les techniques architecturales - Matériaux et techniques constructives -Techniques de captation solaire - Discussion et débat.


ecolectifNydia Solis a le plaisir d'annoncer le prochain chantier participatif qu'elle animera à ECOLECTIF, à Gensac de Boulogne (31350) du 27 juin au 1er juillet 2016 :

Au PROGRAMME:
La rénovation dans les bâtiments communs d'Ecolectif avec de la Terre et de la paille.
- mixage de la couche de corps
- pose de couche de corps sur des murs en paille banchée
 Durant cette semaine, je propose de transmettre mon savoir autant pratique que théorique autour de la construction en Terre.
Les REPAS vous seront offerts.
 Nombre de participants max: 12 personnes ... sans leurs animaux de compagnie
Ecolectif met à disposition une zone de camping, une cuisine collective et le cuistot qui va avec, des douches, des toilettes sèches,et  plein de bonne humeur !!!
 
AU PLAISIR DE VOUS VOIR PARMI NOUS!!
Plus de détails sur www.nydiasolis.blogspot.fr
 INSCRIPTIONS : chantiersparticipatifsecolectif@laposte.net


LE MAL-ÊTRE PROFESSIONNEL DANS L'ESS : ON EN PARLE ?

Dans la légion des mails reçus via des listes auxquelles on ne se souvient même plus s'être abonné-e, il arrive qu'un titre attire l'œil. Celui-ci m'a paru propice à être digéré, discuté, contredit, etc.

Et si le premier facteur de mal-être professionnel dans l’Economie Sociale et Solidaire était l’incapacité de nombre de dirigeants à traduire l’intérêt général en objectifs concrets ?
Cassons un préjugé. Travailler dans l’intérêt général ne fait pas le bonheur, ou plus précisément… cela n’y suffit pas. La liste des nouveaux déçus grandit chaque année. « Ils auront tenté ». Jeunes diplômés comme cadres expérimentés, ils auront rejoint un bataillon du bien avant de rallier les légions de la frustration professionnelle.
Au risque de décevoir les plus idéalistes, il est temps d’affirmer que l’épanouissement professionnel répond aux mêmes règles dans l’ESS qu’ailleurs.
D’une part, il faut que tous les indicateurs soient au vert : métier exercé, statut social et salaire doivent correspondre aux attentes de chacun comme partout.
D’autre part, le management doit fixer des objectifs communs clairs. Et l’on verra dans cet article qu’à cette aune, le management de l’ESS représente à la fois plus de leviers et plus de dangers.

LE FLOU, VOILA L’ENNEMI
Le principal risque encouru par les dirigeants de structures dans l’ESS, qu’ils soient salariés ou bénévoles, est de mettre au-dessus de tout l’adhésion aux valeurs comme un grand tout non défini.
Cette croyance nettement répandue va parfois même à l’encontre de la conformité avec le droit, et plus spécifiquement le droit du travail. Combien d’associations se sont vues épinglées sur la place publique pour le dépassement des horaires de travail légaux, la non rémunération des heures supplémentaires, l’absence de mise en place des instances représentatives du personnel…Plus concrètement, combien d’emails demandant de venir tenir un stand le week-end « en tant que militant » ?

Ainsi émerge un paradoxe pour des organisations qui luttent contre le non respect du droit des personnes exclues, qu’elles le soient par le handicap, la pauvreté, les préjugés, la vieillesse, la maladie…mais qui font fi des droits de leurs propres salariés.
L’une des conséquences de ce flou, parfois observée, est l’avènement de situations de communications problématiques entre salariés, tous niveaux confondus. Les interactions deviennent conflictuelles et des jeux d’acteurs se créent. Les salariés peuvent endosser la posture de sauveur, de victime ou de persécuteur selon les évolutions contextuelles.
Des phénomènes de souffrance au travail naissent alors… et elles sont plus dures à vivre pour le salarié qu’ailleurs.
En effet, le salarié est attaché à sa structure et l’on constate souvent une dépendance émotionnelle à ce que cette appartenance lui confère. Il est reconnu pour ce choix « louable », « charitable », dans sa sphère privée. Cette spécificité professionnelle le définit en partie socialement. Il est l’ami qui bosse chez les gentils parfois moqué toujours un peu admiré «toi, tu n’as pas fait le choix de l’argent ».
Il est d’autant plus difficile pour lui non seulement de quitter son emploi et surtout l’univers de l’ESS mais même d’accepter de se sentir mal professionnellement.
Le burn out, présent dans les entreprises où la pression est très forte, a sa spécificité dans l’ESS. La pression n’est ici pas d’ordre commercial, ni en lien avec la rentabilité mais vient de la posture du « salarié-sauveur » qui nie ses limites pour dépasser son champ initial d’intervention, persuadé qu’il le fait au nom d’une juste cause.

QUANTIFIER LE PROJET SOCIAL
Pour favoriser l’épanouissement professionnel des salariés, l’organisation et l’efficacité doivent être un moyen mis au service du projet associatif. Le projet social doit être quantifié.
Les discours qui visent à classer la notion de résultat dans le camp de l’argent ou de l’entreprise ne sont rien d’autre que des cache-misères. Politique comme caritatif, tout projet peut se décliner en objectifs et sous-objectifs et être traduit en feuilles de route :
    par la réalisation de programmes pour les instances de direction.
    par l’évaluation des projets avant d’en débuter de nouveaux pour éviter le syndrome d’épuisement et de perte de vision globale.
    par l’adéquation entre les ambitions affichées par le projet social et les ressources allouées (humaines, financières, matérielles…).
    par l’attention portée au bien-être des salariés : respect du droit, conception de parcours, convivialité…

L’organisation est le cadre qui créé de la continuité tout en donnant aux salariés une sensation de liberté qui leur permet de cultiver leur créativité et leur autonomie d’action dans leur périmètre de compétence.
Les structures de l’ESS ne pourront que mieux promouvoir leur système de valeurs et leur vision sociétale si elles s’assurent que les conditions sont réunies pour l’épanouissement professionnel de leurs salariés.
Les valeurs prônées par les dirigeant(e)s de l’ESS ne les absolvent pas de concevoir et décliner leur projet en fixant des objectifs clairs et partagés aux équipes, elles les y obligent.

Auteurs : Juliette Le Lay (Emmaüs France), Khanh Picard, Charles Thibault, Jean-Philippe Teboul (Orientation Durable)

Article paru ici

La lettre d'information d'ARESO est une publication bi-hebdomadaire de l'Association Régionale d'Éco-construction du Sud-Ouest. contact_at_areso.asso.fr - http://www.areso.asso.fr/